La Montée du Poupet

ROAD | 17.7km – 666m D+ | Osez le mont légendaire !

Départ à 10h – le 20 mai 2018

Rue de la République, Salins-les-Bains

Du départ, on voit l’arrivée (17.7 km | +666m). Le mont Poupet semble si proche. Mais voilà, il faut faire le tour avant de le rejoindre !

Le parcours par le verbe

800 mètres dans les rues pour passer la « Visitation » – l’église Saint Maurice – et commencer progressivement l’ascension. Le peloton s’étire et les spectateurs apprécient l’effort de chaque coureur. Le premier kilomètre arrive et tous les coureurs trouvent un concurrent à qui s’accrocher. A la « Fontaine aux oiseaux » (kilomètre 3.8 – épongement), les encouragements fusent et s’adressent à tous jusqu’au dernier avec l’aide de l’orchestre des “Chaux de Vent“. La pente s’accentue très nettement pour dominer les villages environnants. Derrière la vallée, les forts Belin et St André s’éloignent.

À Saint-Thiébaud (kilomètre 6.4), sommet de la première des trois ascensions, le ravitaillement est le bienvenu. L’ambiance est chaude et bruyante, les cloches et les claquettes accompagnent l’effort des compétiteurs, toujours en musique avec les « Baloo’s Brothers ». C’est le début de la longue descente, au milieu des pâturages avec une vue imprenable sur le département voisin : le Doubs.

Arrive Ivrey (kilomètre 10 – ravitaillement), au pied de la seconde ascension, où les « Bouzous » groupe musical du folklore jurassien et les spectateurs, redonnent du courage aux coureurs. Comme dans le village précédent, c’est Monsieur le Maire et ses administrés qui s’occupent de tout : décoration, ravitaillement, animation…

Le deuxième sommet est en vue : le « Crêt du feu » (kilomètre 12.2). C’est la bascule sur la vallée du « Gour de Conche » et le dernier ravitaillement solide. Un dernier moment de calme dans la forêt communale, avant d’arriver au pied de l’ultime difficulté : la « Côte Guillaume » (kilomètre 14.7). Avec un public important et encore les « Chaux de vent », ambiance TOUR de France assuré.

Avec ses 2.8 kilomètres et des passages à 14%, la « Côte Guillaume » est la dernière difficulté de l’épreuve. Au milieu des épicéas et des foyards, les coureurs se retrouvent bien souvent seuls contre la montre. Les encouragements de la foule résonnent alors dans la tête des coureurs jusqu’à la ligne d’arrivée.

C’est terminé… et quel exploit réalisé !

Barrière horaire

Seuls les coureurs passant avant 12h30 au pied de la dernière côte seront autorisés à finir la course, les autres devront arrêter et rejoindre les navettes de retour.